AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interviews Presse et vidéo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 16:59

Emma Daumas nue en couverture de FHM !


Emma Daumas l’affirme sans complexe et en toute légèreté dans son nouveau single : J’suis conne. Pas si conne que ça quand même… Car, de tous les artistes rescapés des émissions de téléréalité, rares sont ceux qui, comme la belle Emma Daumas, peuvent se vanter d’avoir dépassé le cap des deux albums. Emma n’a pas gagné la Star Ac 2 : c’est Nolwenn Leroy, sa meilleure ennemie, qui a empoché le million. Mais six ans de musique, de rock’n’roll, d’errements et d’acharnement plus tard, la miss est toujours là. Mieux, elle n’a même jamais été aussi bien dans ses baskets. A 25 ans, apaisée, elle semble enfin avoir trouvé le Chemin de la maison – titre de son album – et une imagerie geek qui lui convient à la perfection. Ça tombe bien, c’est le thème de son troisième album, et c’est à FHM qu’elle a souhaité le raconter.


Alors comme ça, vous êtes conne et vous l’assumez ?
Oui, j’suis conne, mais pas toute la journée ! Entendons-nous : je parle d’une connerie légère, de maladresse. Ce genre de connerie que la société de perfectionnisme ne pardonne pas. Etre con, il n’y a pas plus humain ! Une chanson ambassadrice de la lose, décalée, bien écrite, pour la blonde ex-Star Ac que je suis, c’était inespéré !

Quelle est la plus grosse connerie que vous ayez faite dans votre vie ?
Je ne me souviens pas d’une grosse connerie en particulier à part des conneries d’enfants, genre enfermer le chat dans le frigo… Il n’est pas mort, je précise ! Par contre, je fais partie de ces gens qui se tapent régulièrement une bonne grosse honte. Je suis plutôt nature, un brin candide, et ça me joue des tours !



Pourtant, le body painting, c’était votre idée. Pas très candide !

Pour dire la vérité, j’étais un peu réticente à l’idée de faire des photos sexy. Même si je suis une fille open, je ne tiens pas à jouer la bimbo. Par contre, je suis une créatrice et j’ai besoin de sentir une dynamique artistique dans chaque projet. C’est comme ça que m’est venue l’idée du body painting ! Et le résultat est super !

Aucun complexe avec votre corps ?
Je suis une nana, qu’est-ce que vous croyez ! Bien sûr que j’ai des complexes ! Mais j’ai été coiffée, maquillée, pomponnée, tout devient plus facile. Je suis lucide… Mais je m’en fous ! J’en ai ras-le-bol de la perfection !

Pour voir le clip d'Emma Daumas, c'est ici !

Pour voir toutes les photos d'Emma Daumas... c'est dans le FHM de ce mois-ci actuellement en vente !



http://www.fhm.fr/site/content/article.aspx?ID=52995


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 16:59

FHM FEVRIER 2009












merci à cat et a Chris pour les captures


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:00

Journal Monaco Madame








emmaland.biz


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:01

Dédicace t shirts " j 'suis conne " du 8 Avril 2010

http://www.clip-paroles.fr/emma-daumas-seance-dedicace/


Femmes D'aujourd 'hui



L'interview d'Emma Daumas


Son 3e album, Le chemin de la maison, est un retour à ses vraies valeurs: des petites tranches de vie mélancoliques ou pleines de bonheur. L'ex académycienne n'a pas perdu son franc-parler...

Votre album est un retour en enfance
Après mes deux premiers albums, je ne me sentais plus trop en accord avec les valeurs et la musique que je défendais avant. J'avais besoin de faire un virage dans ma vie et dans ma musique.

Il est plus calme aussi
Je vais avoir 25 ans, il était temps que je sois plus calme, non? (Rire.) J'ai fait un magnifique voyage au Brésil qui a changé ma vie. J'ai vu qu'il existait d'autres cultures. Ça m'a parlé. L'album en est plus posé, plus ensoleillé, avec des sonorités plus douces.

De petit démon vous êtes devenue un ange?
En quelque sorte. J'ai enfin trouvé une véritable identité sonore et je délivre les messages qui me correspondent! Aujourd'hui, je suis plus positive. Avant, j'étais un peu paumée. L'air de rien, j'ai vécu un terrible tourbillon après la Starac. Avec ce parcours-là, c'est difficile de naviguer seule, après.

Difficile?
On nous demande d'avoir une identité très marquée tout de suite. J'ai fait de la musique dont je me sentais proche après la Starac, mais j'étais en rébellion contre un système et mal dans mes pompes.

Vous le connaissiez ce système, non?
Non. Je l'ai découvert une fois à l'intérieur. Quand on vient d'un bled paumé du sud de la France, on ne comprend pas les mécanismes du système. On l'apprend à ses dépens.

Le premier single de l'album, Je suis conne, c'est de l'autodérision à l'extrême ou une revanche sur l'étiquette qu'on vous a collée?
C'est un peu tout cela. Le message que j'ai eu en découvrant ce cadeau de Mickey (3D, ndlr) était: c'est la part de loser que l'on a tous en nous. On est dans un monde où il faut toujours être «winner», avoir des choses brillantes à dire. Je ne suis pas comme cela, je suis pleine de maladresse et il m'arrive de faire des boulettes.

Dans Movie Style, vous évoquez le grand rôle de votre vie. Avez-vous l'impression de le vivre aujourd'hui ?
Chaque aventure - comme l'est la sortie d'un album - est, à un moment donné, le rôle de ma vie. Je ne sais pas quel sera le grand rôle de ma vie. Je le saurai avant de mourir. Movie Style nous dit que notre vie peut être magique comme dans les films, si l'on y croit vraiment et si l'on s'en donne les moyens. C'est cela l'originalité d'une vie! Il faut trouver sa part de magie!

Dans Lipstick et Rimmel, on sent un rêve de gloire.
J'ai beaucoup rêvé de gloire quand j'étais petite. Je chantais dans mon salon avec une brosse à cheveux en guise de micro, m'imaginant un parterre de fans en délire. Je me suis servie de ses sentiments d'enfant pour réaliser l'album. Ce ne sont plus mes aspirations premières. J'ai connu la gloire à l'époque de la Starac et c'est beaucoup plus d'emmerdes que de kif. Aujourd'hui, j'ai juste envie que mon album soit entendu.

Est-ce que, parfois, les conseils des profs de la Starac vous manquent?
Euh. Non! Je garde de très bons souvenirs avec les profs du château. Je suis restée en contact avec certains, que je ne citerai pas, et ça c'est très sympa. Mais c'est une page qui est tournée depuis très longtemps.

/www.femmesdaujourdhui.be


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:01



10 QUESTIONS REPONSES QUE L ON POSE A TOUT LE MONDE




Après " le saut de l 'ange et "effets secondaires ", Emma revient avec " le chemin de lamaison " et son single déroutant " j 'suis conne "


Ou et avec qui vous êtes vous réveillée ce matin?

A Paris,dans ma chambre.Seule ou accompagnée?Mystère..... En tout cas c 'était un réveil idéal, doux et progressif provoqué par le soleil.C'est le meilleur moyen d 'entamer la journée avec entrain !


Quand avez -vous pleuré pour la dernière fois?

Je pleure tout le temps!Un film , des infos...Je suis un récepteur et je me laisse facilement avoir par mes émotions!


Avez -vous déjà été draguée ^par une autre célébrité et quelle star dragueriez vous?

Quand j 'étais ado ,j 'étais fan du groupe Hanson.Huit ans plus tard ,j 'ai été invitée chez eux pour écrire et enregistrer une chanson avec eux J" avoue avoir été à ce moment là celle qui a fait les yeux doux.....


Votre maison brûle, quel objet sauvez vous en premier?

Ce ne sont paS des objets mais si ma maison brûle , je sauve mon chat Woody, 5ans , et mon furet Morice, 2 ans ; le reste n 'est pas indispensable

Quel est votre achat le plus cher?
Ma voiture : une Mini


Quel est le cd dont vous avez honte?

Ca fait bien longtemps que ça ne m 'est pas arrivé.Et très franchement je ne m 'en rappelle pas ....Aujourd'hui ' avec Deezer , My space et autres interfaces musicales ,il y a vraiment moyen de ne pas acheter n 'importe quoi quand même !


[ Quel a été le moment le plus embarrassant de votre vie?

Il a sûrement dû en avoir mais je ne retiens que les choses importantes.Vous savez , je ne retoucherais pas une ligne de la partition écrite pour moi.J'apprends , je grandis ,je fais de la musique.... Quoi de plus épanouissant? Mais si je m 'en souviens! le moment le plus embarrassant , c 'est maintenant .Je suis au téléphone à répondre à vos questions alors que je suis dans le bureau de mon comptable !

Quand avez vous fait le ménage pour la dernière fois?

Lors de mon emménagement il y a quelques jours.

Si vous étiez invisible un jour , que feriez vous en premier?

Je prendrais une douche pour voir les gouttes dégouliner sur du vide , ça doit être beau.

Qu'est ce que vous aimez le moins chez vous?

Je préfère le devant au derrière


recueilli par François Argensson PUBLIC


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:01

interview Allo Music (vidéo )

Pop conne

"J'suis conne mais pas toute la journée/ J'suis conne mais j'essaie de me soigner". C'est avec ces paroles, signées Mick est tout seul, qu'Emma Daumas va lancer son troisième album.

Sur le chemin de la maison sonne comme une rédemption. Cette rescapée de la Star Ac' a longtemps eu du mal avec l'image que l'émission a renvoyée d'elle. Alors elle a lutté. Pendant deux albums elle a cherché à imposer autre chose qu'une impression de Lolita facile quitte à forcer un peu son côté Rock. Résultat, elle s'est perdue. Mais un voyage en famille lui a permis de retrouver ses racines et le chemin de la maison.

Aujourd'hui, même si les ventes ne sont plus celles de son premier album, Emma Daumas s'en fout. Elle sait enfin qui elle est. Tout sauf une conne, c'est tout ce qui compte.


vidéo ici :

http://www.allomusic.com//site/page/p/SERIE_EMMA_DAUMAS


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:03

Le 02/07/2009
THEY TALK TRASH : EMMA DAUMAS !
Olivia Ruiz ? Jenifer ? Nolwenn Leroy ? On les encule ! S'il ne devait en rester qu'une, ce serait Emma Daumas, parce qu'elle se dit conne, et moi aussi





Emma, j'avais aimé le petit côté tropical de ton single "J'suis conne", dans lequel tu affirmais être "conne, mais pas toute la journée"... Et Nadine Morano, tu penses qu'elle est conne à temps plein, elle ? (ça marche aussi avec Dati ou Boutin ; l'interview a été réalisée avant le remaniement ministériel, ndlr)
Morano, Dati, Boutin et compagnie... bien sûr, toutes des connes... quand ça arrange les cojones au pouvoir ! Une femme au gouvernement c'est trop tentant, faut que ça en chie et que ça prenne pour les conneries des autres.
La Palme d'Or revient cependant à Nathalie Kosuisco-Morizet, brave conne qui en cherchant à faire respecter les engagements du grenelle de l'environnement (ce qui n'arrangeait pas tout le monde) s'est faite ridiculisée par son Borloo de boss, qui a demandé au peuple d'excuser cette fille fragile, expliquant gêné, qu'elle n'était pas dans son état normal (en mode "faites pas gaffe, elle a ses règles")... Le clou de cette histoire, c'est qu'elle s'est excusée platement et passe de l'environnement à l'économie du numérique et des nouvelles technologies ! Donc, conne... peut-être bien toute la journée en fait !

Comme moi, tu viens d'Avignon. Alors, quels sont tes endroits préférés dans la Cité des Papes ?
Je passe beaucoup de temps sur le pont et je danse en rond. Et puis je fais coooomme ça et encore cooomme ça. Bref, c'est fatigant et ça donne faim. Alors je me précipite Aux Caves St Marc (délicieuse cave à vin qui sert de délicieuses tapas) à Villeneuve-lez-Avignons ou encore à la Guinguette du Vieux Moulin au bord du Rhône (c'est marrant, y'a même des poissons mutants, mi poisson/mi canard ! Fou j'vous dis !) Après, je vais sur la place de l'horloge faire un tour de manège enchanté et et et... J'me réveille.

Elle ne t'a jamais emmerdé la chanson "Emma" de Matmatah ?

A l'époque, ce n'était pas encore mon nom (l'opération s'est faite plus tard !), alors non, ça ne m'a pas gêné. Par contre, une fois transformée, je me suis ruée sur Stan, le chanteur du groupe, et l'ai torturé jusqu'à ce qu'il m'écrive deux chansons. Il était pas beau à voir après mais j'ai vendu six millions de disques grâce à ça, c'était en 78. On s'est bien marré !

T'aimerais bien que l'un de tes disques soit chroniqué par Nolleau et Zemmour chez Ruquier ? (la joute verbale entre Nolleau et Francis Lalanne il y a quelques semaines était monumentale)

Nolleau et Ruquier sont connes !
(cf. là et là)

Un peu plus sérieusement, il va ressembler à quoi, ton futur proche ?

Mon futur à présent, c'est vous mes fans, ma vie. Je suis très excitée à l'idée de vous retrouver sur les routes du monde entier de la France à partir de Septembre et même en Belgique le 20 juin ! Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous, et je vous dis merci. Oui, merci d'avoir été si nombreux à acheter mon disque "Le chemin de la maison" aux puces de St Ouen, j'y serai d'ailleurs en séance de dédicace le week-end prochain, je vous attends...


Merci à Emma pour sa gentillesse, ainsi qu'à Twitter, parce que c'est trop bien !



http://blogs.visual-music.org/Marku/billet-1768-THEY-TALK-TRASH-05-EMMA-DAUMAS-.htm


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:04

L’Hebdo du Vendredi - Journal gratuit à Reims




Emma : une Star'Actuelle

| Publié le 12 novembre



Emma Daumas est une auteur-compositeur-interprète aux influences multiples. Son 3ème album est plus pop, plus coloré, on y découvre de nouveaux sons, grâce à divers instruments : ukulélé, marimba... Rencontre avec une artiste complète qui a su surpasser les clichés…




Emma Daumas, une auteur-compositeur-interprète aux influences multiples.



L’Hebdo du vendredi : Avez-vous souffert de la réduction de l’étiquette « Star’Ac » ? Comment avez-vous fait pour vous imposer comme une artiste indépendante ?



Emma Daumas : J'ai souffert comme la plupart des gens qui passent par ce genre d'émissions de la crise d'identité qui en découle! Quand on est jeune comme je l'étais à l'époque, il est déjà compliqué de se trouver, alors trouver la justesse entre soi et sa musique, son image... pas évident. Ma thérapie a été de m'en détacher le plus possible, de me rebeller contre ce système. Mais il y avait toujours le spectre Star’ac/TF1 qui planait et je suis forcément passée pour une rebelle formatée. Mon indépendance s'est construite dans l'acceptation de mon parcours.



H. D. V : Les médias vous ont comparée à Avril Lavigne sur votre 1er album. Avec ce 3ème album, ,vous revenez plus glamour et plus femme. Est-ce l’âge de la maturité malgré le thème de l’enfance abordé ?

E. D : Je n'aime pas trop parler de maturité, surtout à 25 ans ! Effectivement je me sens plus solide aujourd'hui, mon parcours est formateur. Mais je me sens en perpétuelle mutation. Dans « Le chemin de la maison », j'ai fait appel à mes souvenirs d'enfance comme pour retrouver celle que j'étais afin de mesurer le chemin déjà parcouru... Cet album est un retour aux sources mais avec, en plus, le recul et la force de mes apprentissages.



H. D. V : Votre dernier album résonne de sonorités assez différentes de celles des deux précédents ?[

E. D : Mes aspirations musicales et sonores sont à mon image toujours en développement! Je suis en perpétuelle recherche et découverte. Pour y trouver la justesse, je dois sentir une résonance entre un son, une mélodie, un texte et moi... c'est presque physique ! Trouver l'alchimie n'est pas chose évidente!



H. D. V : Quelles sont vos meilleures sources d’inspiration ?

E. D : C'est un mystère! L'inspiration n'est pas rationnelle, j'aime le calme, la nature, faire le vide pour ne pas me sentir trop « polluée » par le monde extérieur, je m'enferme chez moi. Après, ça vient ou pas...



H. D. V : Quels sont vos projets ?


E. D : Je continue la tournée le plus longtemps possible avec cet album que j'affectionne parce qu'on a réussi mon équipe et moi à en faire sur scène quelque chose que nous prenons plaisir à jouer. J'ai déjà commencé à faire de nouvelles chansons pour le prochain album... j'ai également un autre gros projet dont je ne peux pas encore parler.



H. D. V: Pourquoi avoir attendu pour se servir de l’autodérision comme dans le titre « J’suis conne » ?

E. D : Tout simplement parce qu'avant je n'avais pas le recul pour. En plus, « J'suis conne » m'a été proposée par Mickey 3D au moment ou je commençais à travailler sur cet album, pas avant... je pense que la vie fait bien les choses et nous envoie ses messages quand on est prêt à les lire.



Propos recueillis par Amandine Lefèvre



Emma Daumas sera en concert au café-théâtre A l'Affiche le vendredi 13 novembre à 20h30

/www.lhebdoduvendredi.com


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 13:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:04

« La Star ac' permet de se faire un nom »
16.06.2010,
Emma Daumas surprend avec "Jsuis conne".

On l'a connue jolie blonde et tête en l'air pendant la Star Academy. 8 ans et 3 albums plus tard, la revoilà toujours aussi jolie blonde, mais plus mûre, plus amusante aussi, et avec des collaborations qui sonnent juste ...


Lorsqu'on regarde les signatures présentes sur vos trois albums, on remarque quelques noms comme Maxime Leforestier, les Hanson, Eskobar, Benoît Poher des Kyo, David Hallyday, Peter Von Poehl, Mickaël Furnon, Elodie Frégé et Marcel Kanche (qui a travaillé avec M et Vanessa Paradis).

Etes-vous allée les chercher ou est-ce eux qui ont souhaité travailler avec vous ?


Emma Daumas : « Cela dépend des personnes. Mais pour le premier album, je ne connaissais personne, je débarquais dans le milieu. Maxime Leforestier par exemple faisait partie du même label. Ensuite tout s'est fait par connexions internes. Pour ce troisième album, Le chemin de la maison, c'est plutôt moi qui suis allée chercher les gens. Comme Peter Von Poehl par exemple. J'ai préféré écrire avec des gens qui avaient envie de participer au projet. Parce qu'il y a des gens qui ont pris des pseudos et je trouve ça plutôt humiliant en fait. »

Deux idées ressortent de vos albums, surtout dans ce troisième opus. Celle que vous souhaitez décoller cette image d'ange et en même temps, celle de la jolie blonde qui chante comme Avril Lavigne, mais en français. Est-ce voulu ?

E. D. : « Ce n'est pas évident parce que j'ai montré l'image de quelqu'un qui peut être les deux. J'ai été au début quelqu'un de formatable, un joli minois qui chante et c'est tout, et à la fois, celle qui écrit et compose. Cela me permet aussi d'avancer dans le sens d'une découverte musicale. Mais c'est un problème encore d'actualité, mais si cela arrive de moins en moins. Car je fais des choix artistiques aujourd'hui, je peux m'exprimer. Mais je suis aussi responsable car le début de mon parcours, c'est ce joli minois qui chante. Quand on sort de la Star Ac', on se laisse happer dans le tourbillon, et j'ai eu la chance de tomber sur un très bon label. »

Justement que retenez-vous de l'expérience Star ac'?

E. D. : « 8 ans après, des amis ! L'expérience est digérée depuis longtemps. J'ai été confrontée à beaucoup de choses, j'ai vite grandi alors que j'étais issue d'un milieu très préservé, j'étais fille unique. La Star ac'permet de se faire un nom et 8 ans après, je suis toujours là. »

Quel conseil donneriez-vous à une jeune fille qui, comme vous alors, veut se laisser dans un télé-crochet télévisuel ?

E. D. : « Je serais mal placée pour dire de ne pas le faire, déjà. Cela aurait été néanmoins plus facile si j'avais eu plus de bouteille et un univers musical déjà affirmé, une identité musicale marquée. Je conseillerais d'abord à cette jeune fille de se demander pourquoi elle veut le faire, si c'est juste pour passer à la télé, faut juste faire de la téléréalité. Parce qu'on peut vite se perdre dans les affres de la notoriété, j'ai moi-même failli. Aujourd'hui, les plus jeunes générations sont plus des fans que des gens qui veulent faire de la musique. »

Comment vous protégez-vous de ces "affres de la notoriété" ?

E. D. : « J'ai coupé court à une vie potentiellement de people mais je peux le faire parce que je ne suis pas surexposée médiatiquement.
Et puis ce n'est vraiment pas mon but. Donc c'est plus facile. »


Avec ce troisième album, vous paraissez plus drôle, plus dans l'autodérision, avec des textes plus écrits, c'était une volonté forte ?

E. D. : « C'était plutôt une question d'opportunité. Celle d'une super chanson, J'suis conne de Mickaël Furnon. Et elle me va très bien, j'endosse le personnage parce qu'il me correspond. Cela m'arrange d'être cette blonde un peu bête, je me sers parfois de cette situation je l'avoue. »

Alors, quelles sont les situations où vous pouvez vous sentir "très conne"

E. D. : « (rires) Cela m'arrive souvent ! D'être à l'ouest, de devoir broder sur un sujet que je ne maîtrise pas, de passer pour une truffe. Je suis une fille assez inconséquente finalement. »

Autre élément décalé : c'est Olivier Cachin, journaliste spécialiste du rap et du hip-hop qui signe la bio de votre site internet, étonnant mélange ?

E. D. : « C'est une rencontre marrante. J'avais participé il y a quelques années à Dealers de hip-hop, une compil rap produite par Passi où je devais chanter en duo avec Doc Gyneco. Finalement, il y a eu l'affaire Sarko et j'ai fait mon duo avec Pit Baccardi. Et ce jour-là, Olivier Cachin venait faire un papier avec Passi. Depuis on est resté ami et il m'a proposé d'écrire ce texte. J'aime bien ce côté décalé. D'ailleurs, l'un des réalisateurs de mon disque vient du hip-hop. L'album fait de la pop music, mais pas seulement donc ce n'était pas totalement incohérent. »

Après la tournée, quels sont les projets ?


E. D. : « J'ai un EP digital 4 titres intitulé Acoustic qui vient de sortir. Il s'agit d'une auto-production car je n'ai plus de label.

» N'est-ce pas trop difficile du coup ?

E. D. : « Au contraire, c'est excitant, c'est un challenge ! Ensuite, effectivement, je finis la tournée, et j'ai un projet d'album pour enfants. J'aimerais bien retenter une expérience dans le cinéma (elle avait doublé une voix dans le film d'animation Bob l'éponge), mais je n'ai pas eu de proposition. »
Propos recueillis par
Claire HOHWEYER

http://www.lepharedunkerquois.fr/actualite/Sortir/2010/06/16/la-star-ac-permet-de-se-faire-un-nom.shtml
Le Journal des Flandres Le Phare Dunkerquois


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:05

En écoute Lundi 18 Octobre et mardi 19 Octobre



Interview RAJE fm
Vous connaissez très certainement Emma Daumas pour son passage en 2003 dans l’émission Star Academy.

Mais connaissez-vous l’après  « Star Ac’ » ? Elle commence par un premier album disque d’or (165 000 exemplaires) qui confirme sa notoriété grâce à l’émission. Puis, deux albums en déclin au niveau des ventes  qui vont, quand bien même, dessiner le style et l’écriture de la chanteuse. A l’occasion de sa venue à l’auditorium du Vaucluse au Thor le 9 octobre dernier, Emma sors la boite à souvenir et nous reparle de ses débuts à quelques kilomètres de l’Auditorium, en Avignon
Elle revient sur le devant de la scène avec un projet un peu particulier. Un « livre-disque » pour les enfants avec des invités aussi inattendu que ce projet.
Samedi soir elle était donc sur la scène de l’Auditorium du Vaucluse pour présenter son troisième album en date. Une soirée quelque peu particulière où Emma remonte sur scène quasiment 20 ans après ses débuts.

http://www.raje.fr/reste-de-lactu/2923-rencontre-emma-daumas.html Making off , interview autour des " Larmes de crocodile.."

Source :Allo musique


http://www.youtube.com/watch?v=0w9scJkoBPk


Dernière édition par Michèle le Dim 6 Déc - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:07

interview Emma Mathias Miramon

http://www.allomusic.com/actualite/interview-video--emma-daumas


AlloMusic

France Bleu Vaucluse

http://emmadaumas.biz.free.fr/Emma-Daumas.biz/MP3/FranceBleuVaucluse18122010.mp3


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:07

Emma Daumas et Mathias Miramon en interview

Emma Daumas et Mathias Miramon sont à l'origine d'un très beau concept pour petits et grands : "Les larmes de crocodile et autres fables". Un livre-disque actuellement disponible, et regroupant notamment Marcel Amont, Alain Chamfort, Gérard Darmon, Elodie Frégé ou Caroline Loeb. Trois générations d'interprètes au service d'une magnifique projet. Nous les avons rencontrés.





Bonjour Emma et Mathias. D'où vous est venu l'idée de réaliser un livre-disque pour enfants ?
Emma Daumas Après avoir rencontré le producteur de l'album pour enfant des Weepers Circus "A la récré", sur lequel je fais une petite apparition. Il m'a envoyé quelques textes sur lesquels les mélodies me sont venues assez naturellement. Par la suite, j'ai rencontré Mathias et nous avons commencé à bosser ensemble sur mon EP "Acoustic" sorti en mai sur Internet, puis nous avons décidé de nous lancer dans l'aventure du disque pour enfants ensemble, car notre collaboration fonctionnait bien. Nous avons tout repris à zéro et après réflexion, Mathias a eu l'idée du concept des fables. Une fois l'idée lancée, est né l'album "Les larmes de crocodile et autres fables" (sourire).


Connaissiez-vous le genre avant de vous lancer dans cette aventure ?


Mathias Miramon : [g]C'est difficile de parler de genre, et je n'ai jamais écouté de musique en pensant ainsi. Une bonne chanson reste une bonne chanson, que ce soit dans un Disney, un Salvador ou du punk. Mais pour tout dire, je trouve le genre de l'adulte qui s'adresse aux enfants, que ce soit avec paternalisme ou en se mettant à leur niveau, souvent désespérant... (sourire).

ED : J'avais de vieux souvenirs d'enfance, et puis j'avais beaucoup aimé Le Soldat Rose" quand je l'ai vu à la télé. J'ai trouvé attrayant l'idée de réunir autour de chansons pour enfants des artistes au public adulte. Le ton était intelligent, les chansons sympathiques. Ça change de Bébé Lily ou de René la taupe !

Emma, après deux premiers albums pop/rock, un troisième chanson, n'as tu pas peur de te disperser et de brouiller les pistes avec ce projet pour enfants ?

ED : J'ai toujours fait des albums au feeling, qui me ressemblaient au moment de leur élaboration. Avant "Les larmes de croco", je ne m'étais jamais posée la question du public auquel je m'adressais. C'est une façon assez égoïste de concevoir la musique c'est sûr (sourire) ! Mais j'y trouve quand même une certaine cohérence. Je suis française et les mélodies de mes albums s'en sont toujours ressenties, les arrangements eux ont toujours été influencés de musique pop plus internationale. Je trouve que c'est une combinaison qui me ressemble. En avançant, j'ai eu envie de revenir à des choses plus simples, c'était l'idée de l'EP "Acoustic", des mélodies, la voix en avant, des guitares et peu d'instruments autour. Cet album pour enfant est la juste continuité de tout ce travail.

D'où es-tu originaire Mathias, et quel est ton parcours ?

MM : Je suis parisien. Après le bac, hypokhâgne, khâgne, licence de philo, l'ESSEC, Campagnes présidentielle et législative en 2002, stage en maison de disques à Barcelone, en finissant mes études, je me suis dit que c'était le moment ou jamais d'essayer quelque chose qui n 'avait rien à voir avec tout ça, mais plutôt avec mes passions, l'écriture ou la musique. Evidemment, la musique, c'est un peu la facilité (rires) ! Je me suis enfermé dans mon garage pendant deux ans, sans démarcher, sans rencontrer personne, pour me mettre à niveau avec les “machines”, composer et écrire en français, apprendre à enregistrer et surtout, essayer de trouver un moyen d'expression, un style qui me correspondent. Je n'ai pas encore réussi, et je ne suis pas sûr d'être content de moi un jour. C'est ma seule véritable ambition concernant la musique. Tant que je ne serai pas satisfait, tout cela restera sur mon disque dur. Ensuite, j'ai accompagné mon père sur scène, composé des musiques pour lui, entamé quelques collaborations, puis rencontré Emma. La musique n'est donc que depuis peu mon activité principale. Mais elle m'a toujours accompagné, une sorte de vie parallèle. Je regrette d'ailleurs un peu le temps où je l'appréhendais entièrement comme un divertissement. Tous les gens, les métiers qui gravitent autour de l'artistique mais qui ne touchent pas une bille artistiquement, pourrissent un peu cette naïveté, cette fraicheur que les musiciens trouvent entre eux assez naturellement lorsqu'ils jouent. Ils pourrissent aussi les artistes malheureusement...




Aldebert avec "Enfantillages", Vanessa Paradis et les musiques de Franck Langolff sur "Dr Tom", "La maison Ronchonchon" inspiré de la chanson d'Alexis HK, il semblerait que les contes musicaux ou disques pour enfants soient à la mode, non ? Pensez-vous le succès du "Soldat Rose" de Louis Chédid et Pierre-Dominique Burgaud, ait ouvert la brèche il y a deux ans ?

ED : Je pense effectivement que "Le Soldat Rose" à lancé un courant populaire parce que justement c'est un concept fort qui réunit la famille. Mais Mathias pense le contraire (rires).
MM : Moi je ne crois pas non. Je crois surtout qu'on cherche toujours de nouveaux “marchés”, à créer des genres, justement, qui collent toujours plus près de classes d'âge, de chapelles. On a créé le marché ado dans les 60's, aujourd'hui c'est au tour des seniors et des enfants de trouver leur chaîne TV, leur magazine, leur musique, tous spécialisés... C'est un peu dommage, car c'est très artificiel, mais c'est un état de fait.

ED : Mais l'histoire et les personnages du "Soldat Rose" parlent aux enfants, les interprètes et la musique, aux parents. C'est dans cette lignée que nous avons voulu nous inscrire. Henri Salvador l'avait déjà fait avant la famille Chédid sur l'album "Le loup, la biche et le chevalier" ! Ce qu'ont rajouté -M- et Louis Chédid, c'est l'idée du conte. Nous avons préféré la formule de la fable pour son côté réaliste, ancré dans le quotidien, qui ne se finit pas toujours en “happy end”. Ayant été personnellement très influencée par les dessins animés de Walt Disney, j'avais tendance à croire aux contes de fées plus que de raison (sourire) ! C'est bien que les enfants puissent rêver, mais il faut aussi leur apprendre que la vie est parfois difficile, qu'il faut savoir se responsabiliser et que certains comportements peuvent rendre malheureux. J'ai aussi beaucoup tendance à me parler à moi-même dans mes chansons !


MM : Je crois qu'une chanson de Salvador comme "L'abeille et le papillon" peut toucher n'importe quel individu, quel que soit son état civil. Donc non, "Le Soldat Rose" n'est pas à l'origine de tout ça selon moi, c'est une tendance bien plus profonde qui parfois, est exploitée à bon escient.[/g]


Aldebert a par ailleurs une nouvelle chanson qui se nomme aussi "Les larmes de crocodile" ? Hasard, coïncidence ?

MM[ Ni l'un ni l'autre. Nous nous sommes ponctuellement “accrochés” sur ce point, puis nous nous sommes téléphonés et tout est rentré dans l'ordre. Avec Emma, nous lui avions fait écouter nos premières maquettes lors d'une séance studio, début avril, nous avions déjà le titre de l'album et il a écouté, entre autres, le titre éponyme, "Les larmes de crocodile". Je me souviens qu'il avait apprécié. Je ne l'accuse pas de plagiat, je lui ai dit que j'aurais pu l'apprendre autrement qu'en visitant sa page Facebook quelques jours avant la sortie de notre album, et que cela manquait de classe, que j'étais déçu... J'aurais même été flatté qu'il nous dise avoir trouvé son titre, qui n'a rien à voir avec le nôtre je le répète, après cette séance. Il m'a dit comprendre ma gène, et m'a parlé d'inconscient... Je veux bien y croire après tout. Après, c'est vrai que, moi qui aime lire le magazine "Platine", lorsque je tombe sur une interview où il raconte que le même genre d'histoire lui est arrivé, mais dans l'autre sens, avec Renan Luce, il semble trouver cela “bizarre”, émettre des doutes... (sourire). Pourtant, Renan doit bien avoir un inconscient lui aussi ! Et après avoir connu cet épisode désagréable avec nous, il était pourtant bien placé pour être indulgent à son tour (rires) !

ED : Nous sommes ravis en tous cas de constater que notre musique marque l'inconscient à ce point (sourire) ! Nous avons du coup décidé de faire passer des messages subliminaux dans le disque, si vos enfants commencent à vous demander d'acheter tous mes albums et ceux de Marcel Amont - ce qui commence à représenter un bon budget (rires), ne nous en voulez pas, c'est la crise et tous les moyens sont bons (sourire) !


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:08


ITW Charts in France ( suite )



Ecoutiez-vous beaucoup d'artistes pour enfants étant petits ?

MM : Jusqu'à l'âge de 10 ans, j'avais une passion pour le piano classique, je voulais être concertiste, je n'écoutais que ça. Alors, les artistes de mon enfance sont Mozart, Chopin... et mon père (ndlr : Marcel Amont).
ED ] : De mon côté, c'était Chantal Goya, "Emilie Jolie", les chansons de Disney et les génériques des dessins animés de Dorothée !




Quel est le premier disque que vous ayez acheté ?

ED : Mon premier disque était un vinyle, le générique des "Snorky" ! Le premier que j'ai acheté devait être "Wanna Be", le premier single des Spice Girls !
MM : Pour moi c'est un souvenir très fort ! Les débuts du CD. Il s'agissait de "Bad". Je l'ai retrouvé à la mort de Michael, dans mon garage, un message de sa part sans doute... (rires).

Mathias, ton papa Marcel Amont a indirectement chanté pour les enfants, non ("Le tam-tam d
es gorilles" en 1985) ?


MM : C'est vrai. Et lorsque je le vois écrire et chanter "Le dinosaure", je me dis qu'il est vraiment passé à côté de quelque chose... Mes amis de mon âge ne connaissaient pas "Bleu blanc blond" ou "Le chapeau de Mireille", mais ils avaient le vinyl du "Tam-tam des gorilles"... Mon père avait aussi monté un spectacle pour enfant, "Les croque-notes", que pas mal de gosses ont du voir dans les années 80, mais il n'y participait pas.




Dans quel points de ventes trouve-t-on "Les larmes de crocodile", aux magnifiques illustrations de Marie-Laure Béchet ?

ED : Il y a deux versions. La version livre-disque que l'on trouve en librairies, en Fnac, chez France Loisirs, et la version CD simple chez les disquaires. ]

Mathias, toi qui a composé, puis arrangé, et réalisé (avec Emma Daumas) cet album, pourquoi n'y chantes-tu aucun titre, mis à part quelques chœurs ?

MM J'aurais peut être chanté "Le paresseux" si on s'était fait planter par Gérard (sourire). Mais il n'en a jamais été question, on ne m'a pas proposé et je ne me voyais pas demander !







Est-ce que cela a été facile de convaincre les protagonistes du livre-disque ?

MM : Oui, tous ont été emballés. Maxime Le Forestier était partant aussi, mais des problèmes personnels nous ont privé de sa présence sur le disque. A notre grand regret. Eternel pour ma part, puisqu'Emma a déjà collaboré avec lui... J'espère le retrouver pour l'album de mon père. Me concernant, tout est simple avec Gérard, un grand fan de papa, un mec talentueux et charmant. Le genre de type avec qui tu as envie de partir faire la bringue... et des chansons ! J'étais moins confiant concernant Alain Chamfort, car j'ai en plus beaucoup d'admiration pour lui. Son dernier album et son spectacle sur Yves Saint-Laurent sont d'une qualité et d'une cohérence rares... Je le connaissais un peu, il a aimé la chanson et a joué le jeu avec une grande simplicité. Bref, nous n'avons pas eu à convaincre. De plus, les chansons étaient un peu faites pour eux, et puis il faut dire qu'elles sont d'une qualité exceptionnelle (rires) ! Nos maquettes étaient bien foutues et Emma, comment dire... a un pouvoir d'attraction certain (sourire) ! C'est agréable de voir que les artistes les plus talentueux sont ceux qui jugent sur pièce, qui se foutent des préjugés et des réputations. En revanche, Mathieu Boggaerts a décliné l'invitation. Il nous a très gentiment dit qu'il ne le sentait pas, qu'il doutait. Très classe. Je ne me voyais pas insister. J'espère que nous aurons chacun l'occasion de le croiser un jour.

ED : Nos invités sont tous des artistes proches, soit de Mathias et sa famille, soit de moi. Marcel est évidemment arrivé tout naturellement sur le projet étant le père de Mathias (sourire). Vif et travailleur, il nous a rapidement proposé des idées de textes et en a écrit quatre sur l'album dont le formidable "Dino le dinosaure", que j'ai le plaisir d'interpréter en sa compagnie. Gérard Darmon, grand fan de Marcel, avait participé à son dernier album "Démodé", Alain Chamfort est un ami de la famille, ma copine Elodie avait co-écrit le texte de la chanson "Dansez" sur mon dernier album, et Caroline Loeb avait mis en scène le spectacle du "Chemin de la maison". Nous avons donc fait appel à des “proches”, dans une ambiance conviviale pour un album familial, c'était important pour nous de sentir que nos interprètes étaient à l'aise et en harmonie avec le projet. Ce fût le cas.





Combien de temps vous a pris l'élaboration du projet ?

MM : Emma avait déjà composé deux musiques ("L'ami lapin" et "Petit rhinocéros") avant de me connaître, mais nous avons du refaire les textes. Pour tout le reste, nous avons commencé par écrire et faire des petites maquettes dès le mois de février dernier. Nous sommes entrés en studio en mai, et en sommes sortis en aout. Mais nous y sommes encore ! C'est un job à plein temps ! Ce projet a habité et accompagné nos vies quotidiennes pendant plusieurs mois. J'ai essayé de couper cet été, et non ! Je me baladais sur Broadway et au bout de 5mn, je cherchais une connexion Internet, en chantant "L'ami lapin", pour savoir si j'avais reçu des mails d'Emma ou des autres protagonistes (sourire)...
ED : Trois mois pour l'écriture, la composition et l'enregistrement de toutes les guitares par Mathias dans mon home studio. Puis nous sommes rentrés en studio pour l'enregistrement des instruments et des voix, ça a duré plus d'un mois. En tout, entre le moment ou nous avons commencé à écrire jusqu'à la sortie de l'album, se sont écoulés sept mois de travail acharné !


Pourra-t-on un jour retrouver ce conte sur scène ?

MM : Croisons les doigts. Emma déborde d'idées, de bonnes idées.
ED : (sourire) Nous y réfléchissons oui. Ce serait génial !


Dans l'immédiat, vous avez réalisé des showcase non ? L'accueil-a-t-il été chaleureux ?

ED : En effet, nous faisons des showcase en Fnac, et ça fonctionne plutôt bien. Les enfants sont attentifs et réactifs, surtout sur la chanson "L'ami lapin" sur laquelle ils reprennent le refrain en chœur en tapant des main. C'est très agréable car ils participent, lèvent le doigt quand ils ont des questions. C'est adorable ! Ils apprécient les illustrations du livre et les chansons leur plaisent... le pari a l'air gagné !
MM : Oui, c'est un exercice charmant (sourire).




Pensez-vous être suffisamment soutenu par les médias autour de ce beau projet ?

ED : Forcément non ! C'est un projet réalisé dans une petite boîte de production et nous ne disposons pas de gros moyens notamment pour faire un peu de pub ! Mais nous sommes plutôt satisfaits et heureux de constater l'accueil des médias à qui nous le présentons. Même si à la fin, c'est le public qui compte, les médias sont importants pour faire le relais et nous aimerions évidemment pouvoir en parler au plus grand nombre...
MM : Personnellement je ne crois pas qu'on ait à se plaindre. Mais il n'existe pas vraiment de créneaux grands publics pour ce genre de projets, et notre projet n'est pas assez spécialisé pour vraiment parler aux chaînes pour enfants, puisqu'on est un peu allé à l'encontre des lois du genre justement. Et c'est le problème de ces classifications par genre : qui dit album pour enfants dit “chaînes pour enfants”, et c'est vrai que de ce point de vue, on ne sent pas vraiment de frémissement... je trouve ça un peu dommage. Comme Alexis HK ou Anna Karina, notre projet se voulait un peu bâtard, transgénérationnel, afin de plaire autant aux petits qu'à leurs parents et grands-parents... L'aspect musical, le choix des invités, tout cela bouscule peut être un peu les lignes et les genres justement (sourire). Cet album n'est spécialisé en rien ! Ainsi, il me semble qu'il y a peu de chances pour qu'on entende une de nos chansons sur un plateau de variétés ou sur un programme pour les tout petits. En revanche, on verra Emma faire des jeux, chanter une chanson qui n'a rien à voir, et faire rapidement la promo pour l'album... C'est pareil pour tout le monde me semble-t-il (sourire)

Quels sont vos projets respectifs à présent ?

MM : En 2011, je vais essayer de faire avec mon père ce que j'ai fait avec Emma cette année. Et j'espère bien entendu, continuer à travailler avec Emma, d'une manière ou d'une autre. J'ai beaucoup appris depuis un an, et cela va me servir, un jour, pour mes projets plus personnels.

ED : En ce qui me concerne, travailler sur la promotion de ce disque, un spectacle aussi si c'est possible, et puis commencer à réfléchir à un nouvel album.

Emma, ta reprise "Freed From Desire" a été utilisé pour une publicité en Espagne (voir sur ce lien), est-ce que les téléchargements légaux du morceau s'en sont fait ressentir ?

ED : C'est justement par Internet que les Espagnols de la société Movistar ont connu cette reprise, et j'en ai été agréablement surprise ! Bien sûr, les téléchargements sur ce territoire s'en sont fait ressentir et c'est toujours agréable d'élargir son horizon à un autre pays. J'espère avoir l'opportunité d'aller jouer là bas un jour.


Emma, es-tu satisfaite de l'accueil qu'à reçu ton dernier album "Le chemin de la maison" ?

ED : On ne peut pas être complètement satisfait quand un album ne trouve pas son public. Maintenant, c'est un album qui compte dans ma carrière car il amorce un tournant. Notamment dans ma façon de chanter et d'interpréter. Plus subtile, plus éthéré. C'est un album plus musical que les précédents, tant au niveau des mélodies que des arrangements. Un album sur lequel j'ai pris énormément de plaisir à travailler, riche en collaboration. Mickaël Furnon (ndlr : Mickey 3d) m'a offert des textes à la fois simples, drôles et très efficaces, tandis que Marcel Kanche et son écriture classieuse m'a apporté un élément essentiel à mon sens, la beauté des mots, des formules associées à celle de la sonorité de la langue qui est parfois compliquée en français. C'est également un album qui m'a permis de développer ma capacité à composer. Bref, un album qui compte. Mais comme les deux précédents ! Ce sont des étapes, des cailloux que je sème le long du parcours. Mes choix artistiques et ma façon de les incarner ne sont pas toujours cohérents, j'en ai conscience. Je suis quelqu'un qui se cherche souvent et je ne peux pas demander au public d'adhérer à tout ce que je fais. Mais j'avance petit à petit, j'ai encore beaucoup à apprendre, à faire, à affiner mais tout ça se fait. Et puis j'ai la chance de faire de belles rencontres, je ne serai pas grand chose sans elles (sourire)...


Pour finir, voulez-vous des enfants ?


ED Oui, quand je serai grande !
MM Tu me présentes la femme de ma vie, et je m'y mets tout de suite (sourire). ]


Dernière édition par Michèle le Jeu 10 Mai - 11:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:08

Emma Daumas chante pour les enfants :



http://www.cergyvie.fr/emma-daumas-cergy-concert-actualites-sortir.html

cergyvie.fr


Dernière édition par Michèle le Sam 5 Mai - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 9 Oct - 17:09

Idole mag

Interview de Emma Daumas
Propos recueillis par IdolesMag.com le 26/03/2011. ©  .





Emma Daumas est toujours là où on l'attend le moins. Après un EP « Acoustic » sorti en digital l'année dernière, elle revient avec un conte pour enfants, « Les Larmes de Crocodile ». Des chansons qu'elle a écrites avec Mathias Miramon, le fils de Marcel Amont. Elle nous parlera longuement de cet album et des différents autres protagonistes de ce conte, comme Alain Chamfort, Marcel Amont, Gérard Darmon, Elodie Frégé et Caroline Loeb. Elle nous parlera aussi un peu de ses projets. Elle est en ce moment au Brésil en quête d'inspiration et de nouveaux sons...

IdolesMag : Créer un conte pour enfants, était-ce quelque chose qui trottait dans ta tête depuis longtemps?

Emma Daumas : Pas vraiment en fait. Ça s'est fait de façon spontanée à la suite d'une rencontre. J'ai répondu positivement à la proposition de Rémi Guichard, du label de culture pour enfants Les formulettes à la suite de ma participation à l'album des Weepers Circus avec cette même production : « Les Weepers Circus à la récré ».

Qu'est-ce qui a été le moteur de cette aventure?

Mon envie d'enrichir mon écriture en la mettant au service d'un projet différent de ce que j'avais l'habitude de faire. Et puis je suis restée une enfant, j'aimais l'idée de m'adresser à eux en me mettant un peu en retrait car pour eux, ce qui compte, ce n'est pas tant l'interprète, ce sont surtout les histoires et la musique.

Les Larmes de Crocodile Comment as-tu rencontré Mathias Miramon?

Par le biais de Laurent Balandras, un éditeur avec qui j'ai travaillé longtemps, lors d'une soirée dédiée à Caroline Loeb. Nous avons discuté, j'ai ensuite écouté ce qu'il faisait et ça m'a plu. Mathias n'avait jusqu'alors jamais participé à un projet destiné à sortir dans le commerce mais il foisonnait d'idées et de créativité. Avant « Les larmes de Croco », nous avons d'ailleurs sorti un EP sur internet qui s'appelle « Acoustic » enregistré ensemble.

Depuis quand travaillez-vous sur ce projet? Sa gestation a-t-elle été longue?

Nous y travaillons depuis Mars dernier. La conceptualisation et l'écriture se sont faites en 3 mois. Ensuite nous sommes rentrés en studio et y sommes restés tout l'été. A la rentrée, nous avons finalisé l'image et il est sorti fin Octobre. Depuis nous travaillons à sa promotion.

Tu es auteure et compositrice. Ta manière d'aborder une chanson est-elle différente dans un
contexte de conte pour enfants comme celui-ci ?

Oui très. En ce qui concerne « Les Larmes de Crocodile », cet album est composé uniquement de fables car nous trouvions que cette forme était tout à fait appropriée et assez intelligente pour les enfants. Le fait de raconter une histoire que l'enfant pourrait retranscrire dans son quotidien avec une morale, une ligne de conduite mais en se servant d'animaux comme personnages les incarnant réunissait toutes les conditions. Nous nous sommes attachés au sens, à la cohérence.
Pour mes chansons perso, je m'attache d'avantage aux sentiments et à la sonorité du texte.

Beaucoup de chansons et d'idées ont-elles été mises de côté pendant l'élaboration du projet?

Quelques unes mais en 3 mois, nous avions juste le temps d'élaborer un album de 12 titres, nous avons du mettre le turbo!

Les animaux auxquels vous donnez la paroles sont des animaux rarement présents dans les fables. Était-ce une volonté de votre part, à Mathias et à toi, de prendre des animaux moins « classiques »?

Non, c'est une constatation que nous avons faite à la fin. Nous voulions qu'il y ait un prélude mais il a été écrit en dernier. C'est Marcel Amont qui a lancé l'idée, que nous avons tout de suite aimée car en effet, cela rajoute une originalité.


De quel animal présent sur le disque te sens-tu la plus proche? Et pourquoi?

Je me sens très proche de Sam. Un éléphant complexé par la taille de ses défenses qui refusent de pousser. Il passe donc énormément de temps à croire qu'il ne sera jamais heureux et se met des bâtons dans les roues tout seul. Mais nous lui avons réservé une fin heureuse, contrairement à d'autres personnages de l'album! En règle générale, il arrive à ces personnages des choses très réalistes que tout le monde risque d'avoir vécues un jour.

Marcel Amont, qui est le père de Mathias, a écrit trois chansons sur ce disque + le prélude.
Comment est-il arrivé sur le projet?

Par le biais de Mathias évidemment et parce que dès le début de l'élaboration du projet, il a été enthousiaste et nous a proposé des tonnes d'idées! A 80 ans passés, c'est un homme très actif et un auteur passionné. Il a apporté une très bonne dynamique quand parfois, nous commencions à nous essouffler un peu.

Gérard Darmon, Emma Daumas, Mathias Miramon, Marcel Amont - Droits réservés

Comment s'est passé votre collaboration, vous qui êtes des artistes de générations différentes?

Très bien! Chacun a amené au projet un style, un point de vue dans le respect et pour le bien du projet. Nous n'étions pas toujours sur la même longueur d'ondes mais l'humilité de Marcel a permis d'avancer dans le bon sens, ce qui est très agréable!

Vous vous êtes entourés de quelques autres artistes. J'aimerais que nous les évoquions ensemble,
si tu le veux bien... Les connaissais-tu auparavant? Comment se sont-ils retrouvés sur le projet?
Comment s'est passée votre collaboration?

Nous avons fait appel à des artistes que nous aimions et que au moins l'un de nous connaissait, de façon à ce que tout se passe dans une bonne ambiance, familiale et décontractée. Nous souhaitions des rapports sincères, que les artistes soient à l'aise avec leur chanson et que nous puissions communiquer dessus.


Par le biais de Romélie, la soeur de Mathias, nous avons contacté Alain et lui avons envoyé la chanson. Nous pensions à lui car Sam est un personnage fragile et discret, tout comme ce qu'évoque la voix et l'interprétation d'Alain. Il a accepté très vite, nous étions aux anges!



Gérard est un ami de Marcel et il avait déjà enregistré un duo sur son précédent album. Sa voix et son flegme nous ont très vite décidés à lui demander d'interpréter le paresseux. J'ai rarement vu quelqu'un d'aussi cool, simple et disponible dans ce milieu! Il est venu régulièrement au studio, nous avons partagé des moments très agréables.



Elodie est une bonne copine. J'aime sa voix, sa dualité, sa douceur. Elle fait une parfaite interprète sur L' hirondelle. Elle manque de confiance en elle, il faut souvent la rassurer sur sa valeur, en studio c'est flagrant. Sa fragilité me touche beaucoup mais elle sait aussi être très rigolote!
Nous avions déjà collaboré sur mon précédent album "Le chemin de la maison" en écrivant un texte, "Dansez".  



Caroline avait mis  "Le chemin de la maison" en scène pour la tournée qui s'est achevée en octobre dernier. C'est une fille pleine d'énergie, de volonté et une très bonne conteuse d'histoires. Il faut la voir dans son spectacle "Mistinguett, Madonna et moi" ! Je suis heureuse de pouvoir la compter parmi nos invités.

Avez-vous approché certains artistes qui ont refusé de participer au projet?

Mathieu Boogaerts que nous avons approché car nous aimons beaucoup son travail n'a pas souhaité y participer car il était dans autre chose. J'espère pouvoir travailler avec lui un jour.

Peux-tu me parler de Marie-Laure Bréchet qui signe les illustrations du livret?

Marie-Laure est une femme adorable, très disponible, passionnée qui a mis tout son coeur dans ces illustrations! Nous avons longtemps cherché avant de trouver la personne avec la même sensibilité et la même vision que nous, capable de retranscrire nos chansons en images. J'ai aimé son approche des couleurs, la rondeur de ses traits, ses propositions artistiques, par exemple sur Sam, dans la chanson, pendant ses heures solitaires, la seule personne à qui il se confie est la lune. Marie-Laure a eu l'idée de l'illustrer en dessinant les défenses de Sam en forme de lune, c'est poétique, simple. j'adore!

L'album contient des versions karaoké. Belle idée pour les enfants. Pourquoi n'y en a-t-il que trois et
pas l'intégralité des chansons ?

Nous avons choisi les solos, les plus simples à apprendre pour les enfants.

Ce projet est-il amené à vivre sur scène?

Pour l'instant rien n'est prévu de ce côté là, un jour peut être...

Penses-tu que « Les Larmes de Crocodile » est plutôt destiné à un public d'enfants ou d'adultes?

Evidemment à la base c'est un album pour enfants mais nous avons fait en sorte que les parents ne s'ennuient pas en l'écoutant. Nous voulions que toute la famille y trouve son compte, d'où aussi le choix des invités, multigénérationnel! Nous nous sommes inspirés pas mal d'Henri Salvador et son album "Le loup la biche et le chevalier" qui incarne déjà parfaitement ce concept. C'est pourquoi je reprends dans l'album "L'abeille et le papillon".

Aimais-tu les fables de Lafontaine quand tu étais gamine?

Beaucoup! « Le lièvre et la tortue » était ma préférée, nous la récitions avec ma grand-mère. En travaillant sur l'album, nous nous sommes replongés dedans et je me suis rendu compte de l'ampleur du travail de cet auteur. Je n'en connaissais pas le quart! Il y a une matière incroyable! Il était déjà très moderne à sa façon, contestataire mais avec une grande finesse d'esprit. On comprend pourquoi ses fables ont traversé les âges.

As-tu gardé une âme d'enfant? Es-tu restée une enfant?

Oui. même si je commence à mûrir, il y a une résistance en moi qui ne veut pas grandir. Comme beaucoup de gens je crois! Sur mon dernier album solo, "Le chemin de la maison", il y a une chanson qui parle de ça, elle s'appelle « Neverland ». J'ai eu la chance de travailler avec Marcel Kanche, un auteur formidable qui a su retranscrire cet univers mélancolique, d'une adulte qui s'accroche et qui résiste. Mais j'apprends l'acceptation du temps qui passe, petit à petit.


Avec un album de fables, plus enfantin, n'as-tu pas peur de déboussoler ton public?

Le public qui me suit et me connaît à l'habitude de la variété de mes propositions! En ce qui concerne celui qui ne me connaît pas encore, je pense que c'est une bonne occasion pour découvrir mon travail.

Tu es actuellement en pleine création, je pense... Peux-tu m'en dire un peu plus sur le projet sur lequel tu travailles actuellement? Est-ce un prochain album pour ta carrière solo? Ou bien un nouveau projet un peu à part ?

Pour l'instant j'écris, je découvre d'autres styles musicaux, je m'inspire... Je suis au Brésil pour quelques mois, on verra bien ce qu'il en ressort. Je déteste me mettre la pression et j'ai la chance de pouvoir aller à mon rythme. J'en profite!

Quel genre d'auteure et de compositrice es-tu? Es-tu une boulimique de création ou crées-tu plutôt
avec parcimonie?

Ça dépend vraiment des moments. Mais quand un projet est mis en marche, je sais avancer vite si je suis bien entourée. J'ai besoin d'être entourée, je ne suis pas une solitaire.

Propos recueillis par IdolesMag le 26 mars 2011.
 
http://idolesmag.com/interview-141-Emma-Daumas.html


Dernière édition par Michèle le Mar 8 Déc - 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 19 Juil - 8:58

2015   Vers le prochain album





Audio Interview Cerise FM Mars 2015




http://www.dailymotion.com/video/x37lf6t

*********************
Interview Mona FM

Effacé par le site MONA fm  

*********************
Interview France Bleu Provence.Emission l 'Aïolive ( Avril 2015 )

Poadcast impossible à écouter sur le site France Bleu   

*********************
Interview k6 fm le 28 Mai 2015



https://www.youtube.com/watch?v=9FTyFfe4fvk

*********************

  Journal Le Bien Public Dijon  (28Mai 2015)

 

La chanteuse est en province pour présenter ses nouvelles chansons. Fait étonnant, elle n’a encore pas d’albums à vendre…

 

Jeudi soir, l’ancienne demi-finaliste de La Star Académy 2 , Emma Daumas, était de passage à la Villa Messner de Dijon – tenue également par un ex de la Star Ac’, Mario –, pour présenter ses nouvelles chansons, bien loin de l’univers rock auquel elle nous avait habitués il y a plus de dix ans. C’est désormais une artiste plus posée et plus sûre d’elle qui revient sur le devant de la scène. Des scènes en province uniquement, à mille lieues des grands standards proposés par les majors français. Fait encore plus étonnant, c’est sans aucun album à vendre que l’artiste a entamé sa tournée en province.
« Mon intuition me dit d’écrire des chansons, puis de faire du live sans avoir rien à vendre puisque l’album viendra après. En faisant ça, j’ai l’impression de réparer quelque chose que je n’ai pas pu vivre avant, puisqu’avec la Star Ac’, on est propulsé d’un coup. Ces concerts me permettent d’affiner les têtes, de les corriger. L’album viendra après, comme une finalité », explique la jeune femme, désormais âgée de 31 ans et maman d’une petite fille.

Celle qui était à chaque fois comparée à Avril Lavigne à l’époque s’est métamorphosée.

« Pourtant, je suis toujours moi-même », assure-t-elle.
« Peu importe ce que l’on a dit de moi »

« C’est vrai que j’avais cette étiquette. Mais j’ai accepté tout mon parcours, même si cela m’a fragilisée. Peu importe ce que l’on a dit de moi, ça ne m’a jamais détruit. Il y a beaucoup d’artistes qui rêvent d’être signé en major. Moi, je l’ai vécu très tôt, donc je n’ai pas de frustration par rapport à ça, c’était chouette. Maintenant, “next” », lance-t-elle dans un large sourire.
Le destin de Loana

Pour passer à autre chose, justement, la chanteuse s’est aussi mise à écrire. « Un roman non pas autobiographique, mais fortement inspiré de faits réels », rappelle-t-elle. « Je raconte l’histoire d’une provinciale qui devient une star télévisée. Pour que ce soit intéressant, il fallait aller au bout des mécanismes : je plonge donc mon personnage dans des affres terribles parce qu’on ne peut pas juste survoler ces thématiques. Pour être aimé, admiré, on est capable de faire plein de choses, de se renier même, quitte à en devenir éphémère. C’est “The Rise and Fall”, jusqu’à la destruction la plus totale », détaille-t-elle, évoquant au passage le destin de l’ex-candidate de Loft Story , Loana.

À lire dans les mois qui viennent.


http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2015/05/30/ou-en-est-emma-daumas


Dernière édition par Michèle le Sam 30 Jan - 13:50, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Lun 20 Juil - 12:29

  Poadcast de l 'interview Sud radio  20/07/15

http://www.sudradio.fr/Podcasts/Le-12-14-Infos-Ile-de-France/2eme-partie-Jerome-Chartier-Emma-Daumas

Ou ici :
http://www.dailymotion.com/video/x3haa4y_emma-daumas-itw-sud-radio-2015_music






Dernière édition par Michèle le Mar 8 Déc - 15:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Ven 7 Aoû - 12:38

Le 27 juillet , Emma participait à l 'émission " les fines mouches " sur France Bleu Vaucluse



( fabrice Sabre facebook )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Lun 24 Aoû - 7:16














Le Dauphiné Libéré : 25/08/15

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2015/08/25/emma-daumas-c-est-une-belle-chose-que-les-gens-se-mobilisent




Emma Daumas : « C’est une belle chose que les gens se mobilisent »
Des concerts gratuits sont prévus, en continu de 11 h à 19 h. Plusieurs artistes sont attendus aux côtés de la chanteuse originaire d’Avignon, révélée au grand public par la “Star Academy” en 2002, mais qui a fait beaucoup d’autres choses depuis…

L’année 2016 s’annonce riche pour Emma Daumas, avec la sortie annoncée d’un roman et d’un nouvel album. En attendant, la chanteuse participe à d’autres projets, comme sa collaboration récente avec l’artiste Maxime Rossi, « sur le mode de l’improvisation », autour de sœur Corita Kent.


Emma Daumas participe, ce samedi 29 août, à la journée de solidarité organisée à La Grave (Hautes-Alpes) pour soutenir ceux qui souffrent de la fermeture du tunnel du Chambon. Interview.

  Comment s’est décidée votre participation à ce concert ?

  Tout simplement, j’ai été contactée par Radio Imagine. Une fois les questions de planning réglées, j’ai accepté avec plaisir. Je ne connais pas La Grave et les alentours, mais je me suis renseignée sur la situation : c’est une belle chose que les gens se mobilisent. Il y a, bien sûr, des problématiques très concrètes à régler, mais cette journée offrira peut-être une bouffée d’oxygène dans la morosité ambiante.

  Votre concert à La Grave arrive en pleine “actu” pour vous, alors que vous avez dévoilé un nouveau titre cet été…

  Cela fait des années que je n’avais pas sorti d’album, pour des raisons personnelles et aussi parce que je voulais prendre le temps. J’avais envie de me nourrir de la scène et du contact avec le public avant d’enregistrer. Nous avons donc calé une douzaine de dates, d’avril à septembre, et une chanson a été un peu le “porte-drapeau” de ce retour, c’est “Bahia en été”. À l’issue de cette tournée, il y aura l’enregistrement et l’album viendra courant 2016. Il y sera principalement question des sentiments, des émotions fortes, de ce que j’appelle “mes grands touts”. J’espère qu’il sera léger à l’écoute, mais très profond.

  Pour l’écriture, vous avez, dit-on, bénéficié de conseils précieux…

  Maxime Le Forestier m’a aidée à redémarrer, juste par l’échange et la discussion. J’ai compris qu’il ne fallait pas se contenter du “premier jet”, mais qu’il était important, au contraire, de travailler et retravailler un texte. Un texte se mûrit et a une vie en dehors de son auteur.

  Toujours à propos d’écriture, un autre projet vous occupe en ce moment. Quel est-il ?

  Oui, je prépare un roman dont je ne peux pas divulguer le titre. Mon éditeur m’a demandé de partir de l’expérience de la “Star Academy”. Je ne m’arrête pas à mon histoire, c’est d’ailleurs pour ça que c’est un roman : mon personnage, ce n’est pas moi […] Le roman tourne autour d’une question : pourquoi peut-il être si important d’avoir son quart d’heure de célébrité ? Personnellement, j’ai été bien entourée.

  Après plus de dix ans, comment vivez-vous le fait qu’on vous parle toujours de la “Star Ac” ?

  Je crois qu’au bout d’un moment, j’en ai pris mon parti. J’ai compris qu’on m’en parlerait toujours et que, plutôt que de lutter contre cela, il fallait que je l’accompagne.



Même article pour une autre édition :

http://www.ledauphine.com/actualite/2015/08/23/avant-l-album-j-avais-envie-de-me-nourrir-de-la-scene  




Dernière édition par Michèle le Mar 17 Nov - 22:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Lun 16 Nov - 15:24

Audio Vire FM (5/09/2015 ) Interview à 19' 18






https://www.dailymotion.com/video/x34wzg3_emma-daumas-live-radio-vfm-vire-05-09-15-audio_music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 28 Fév - 20:56








 Elle publie son premier roman le 7 avril et s’apprête à sortir un nouvel album le 20 mai Le retour d’Emma Daumas



 

La Grave - La chanteuse participe au concert de solidarité, ce samedi, pour “les sinistrés du Chambon” Emma Daumas : « C’est une belle chose que les gens se mobilisent »
Des concerts gratuits sont prévus, en continu de 11 h à 19 h. Plusieurs artistes sont attendus aux côtés de la chanteuse originaire d’Avignon, révélée au grand public par la “Star Academy” en 2002, mais qui a fait beaucoup d’autres choses depuis…
Des concerts gratuits sont prévus, en continu de 11 h à 19 h. Plusieurs artistes sont attendus aux côtés de la chanteuse originaire d’Avignon, révélée au grand public par la “Star Academy” en 2002, mais qui a fait beaucoup d’autres choses depuis…




Emma Daumas participe, ce samedi 29 août, à la journée de solidarité organisée à La Grave (Hautes-Alpes) pour soutenir ceux qui souffrent de la fermeture du tunnel du Chambon. Interview.

   Comment s’est décidée votre participation à ce concert ?

   Tout simplement, j’ai été contactée par Radio Imagine. Une fois les questions de planning réglées, j’ai accepté avec plaisir. Je ne connais pas La Grave et les alentours, mais je me suis renseignée sur la situation : c’est une belle chose que les gens se mobilisent. Il y a, bien sûr, des problématiques très concrètes à régler, mais cette journée offrira peut-être une bouffée d’oxygène dans la morosité ambiante.

   Votre concert à La Grave arrive en pleine “actu” pour vous, alors que vous avez dévoilé un nouveau titre cet été…

   Cela fait des années que je n’avais pas sorti d’album, pour des raisons personnelles et aussi parce que je voulais prendre le temps. J’avais envie de me nourrir de la scène et du contact avec le public avant d’enregistrer. Nous avons donc calé une douzaine de dates, d’avril à septembre, et une chanson a été un peu le “porte-drapeau” de ce retour, c’est “Bahia en été”. À l’issue de cette tournée, il y aura l’enregistrement et l’album viendra courant 2016. Il y sera principalement question des sentiments, des émotions fortes, de ce que j’appelle “mes grands touts”. J’espère qu’il sera léger à l’écoute, mais très profond.

   Pour l’écriture, vous avez, dit-on, bénéficié de conseils précieux…

   Maxime Le Forestier m’a aidée à redémarrer, juste par l’échange et la discussion. J’ai compris qu’il ne fallait pas se contenter du “premier jet”, mais qu’il était important, au contraire, de travailler et retravailler un texte. Un texte se mûrit et a une vie en dehors de son auteur.

   Toujours à propos d’écriture, un autre projet vous occupe en ce moment. Quel est-il ?

   Oui, je prépare un roman dont je ne peux pas divulguer le titre. Mon éditeur m’a demandé de partir de l’expérience de la “Star Academy”. Je ne m’arrête pas à mon histoire, c’est d’ailleurs pour ça que c’est un roman : mon personnage, ce n’est pas moi […] Le roman tourne autour d’une question : pourquoi peut-il être si important d’avoir son quart d’heure de célébrité ? Personnellement, j’ai été bien entourée.

   Après plus de dix ans, comment vivez-vous le fait qu’on vous parle toujours de la “Star Ac” ?

   Je crois qu’au bout d’un moment, j’en ai pris mon parti. J’ai compris qu’on m’en parlerait toujours et que, plutôt que de lutter contre cela, il fallait que je l’accompagne.

Emma Daumas, mais aussi Nicom et Yseult, ainsi que d’autres artistes, seront à La Grave samedi pour manifester leur solidarité et leur soutien aux habitants de la Haute - Romanche et du Briançonnais.
Par Recueilli par Adeline TAUPIN
 



Dernière édition par Michèle le Jeu 7 Avr - 12:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Mer 16 Mar - 13:03

Via la page des éditions Scrineo


Entretien de Jean-Paul Arif ( directeur des éditions Scrineo ) sur le premier roman d’Emma Daumas « Supernova »
Supernova_une

Jean-Paul Arif, fondateur des éditions Scrineo et éditeur revient dans cet article sur la démarche d’auteur d’Emma Daumas. Il retranscrit la démarche d’écriture de cette chanteuse, compositeur et maintenant auteur qui a abouti à son premier roman, Supernova.



“Quand j’ai rencontré Emma Daumas, j’ai vu une jeune femme en pleine évolution artistique. D’abord chanteuse interprète, elle avait décidé depuis plusieurs années de passer à l’écriture. Des chansons d’abord, mais aussi des fables, des contes pour enfants…

Et pourquoi pas un livre ? ai-je demandé. Un vrai défi ! Passer de la forme courte de la chanson au roman, c’est une autre approche ! Comme éditeur, j’aime faire des ponts entre les disciplines ; je crois aux auteurs « complets », capables d’exercer leur art dans différents genres… De nombreux auteurs venant du cinéma, du théâtre, de la BD ou de la télévision ont écrit leur premier roman chez Scrineo.

Cette idée rencontra une intuition qu’Emma avait depuis longtemps et qui lui permettrait de mettre définitivement un point final à la lente digestion du bouleversement que fut son début de carrière. Parce qu’Emma a démarré à la Star Academy, une première expérience qui colle à la peau !

Il lui fallait mettre par écrit cette explosion de sentiments contraires qui a marqué sa fin d’adolescence. Il le fallait pour elle, il le fallait pour les autres, pour ces générations d’enfants, d’ados, d’adultes qui rêvent devant leur télévision d’une vie de star !

Et c’est ainsi qu’est née une vraie romancière !

Car c’est bien d’un roman qu’il s’agit. Ne cherchez pas de correspondances entre ce récit et la vie d’Emma, tout est faux… ou presque! Sa famille ne correspond pas à celle de Bella/Annabelle, le personnage du roman, ni les faits tels qu’ils sont relatés. Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait donc « pure coïncidence », pourrait-on écrire ! Tout est faux, sauf les ressentis, les mécanismes, l’important en somme !

Comme l’explique Emma : « Nous cherchons tous à nous projeter dans une image idéale. Les adolescents, bien-sûr, qui ont un fort besoin de reconnaissance et d’amour. Les adultes aussi, qui mettent leur masque professionnel lorsqu’ils arrivent au bureau. De nos jours, l’image idéale est celle de la Star, plastique, esthétique, surmédiatisée par la télévision. Nous sommes comme des papillons de nuit attirés par la lumière croyant y voir un paradis, mais qui se brûlent en s’approchant de l’halogène. Les émissions comme « la Star Ac » fabriquent notre avatar idéal qui devient quelque temps l’enjeu de notre bonheur, et dont le modèle est imposé indépendamment de la personnalité de chacun. »

Emma, comme Annabelle dans le roman, était très jeune, une bachelière de 18 ans à peine, et avait grandi jusque-là dans un cocon familial privilégié. « En quelques jours, j’ai dû façonner un masque pour me protéger et coller à l’image qu’on attendait de moi, apprendre à gérer des situations et des émotions qui me dépassaient complètement. »

Ces émotions, ces situations sont l’objet du roman. Les points de vue tournent autour de Bella, l’avatar… On la découvre à travers les yeux d’Anabelle, mais aussi de sa mère, de sa sœur, de son premier amour qui souffre de cette transformation irréversible…

Emma revient sur cette dualité « Notre avatar nous avale, nous disparaissons derrière lui, jusqu’à ce que le système se détourne de lui… Place aux nouveaux candidats ! La vraie Star du système est le système lui-même qui broie tout sur son passage, nous, notre avatar, les amours, les amis, … Et le public, … On découvre alors que tout cet amour que l’on croyait pour soi n’était en fait destiné qu’à notre double ».

Dans le roman, elle exprime un point de vue personnel, un peu acerbe. Le texte est violent, mais il correspond à la violence qu’elle a ressentie. Tous les candidats n’ont pas eu la même expérience…

« Je ne regrette rien, ajoute-t-elle. Je l’ai vécu comme un apprentissage. Il faut faire ses expériences, même traumatisantes ! Je sais ce que je dois à l’émission, grâce à elle, j’ai dû me confronter à une violence à laquelle je n’avais pas accès dans ma vie très protégée, cela m’a aidé à développer des ressources insoupçonnées, à me transcender. »

Mais elle a mis du temps à se reconstruire… C’est qu’elle a vécu une véritable explosion ! D’où le titre de son livre : Supernova, dont la définition est : explosion spectaculaire d’une étoile massive qui, vidée de sa substance, s’effondre sur elle-même…

« Chaque mot !… Chaque mot de cette définition correspond à mon histoire et à celle de Bella dans le roman, c’est ce que nous avons en commun. »



En parallèle de ce premier roman, Emma était en studio et sortira un EP au mois de mai.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Mar 29 Mar - 21:49

La Provence du 29:03:16 Vidéo , interview :

http://www.laprovence.com/video/Avignon-Emma-Daumas-de-la-star-Ac-sort-son-premier-livre/x40ow06
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Sam 2 Avr - 22:18

L a Villeneuvoise Emma Daumas sort un roman autobiographique dans lequel elle dénonce un système où règne la manipulation.Le Midi Libre 2/04/16



Demi-finaliste de la Star Academy en 2002, la Villeneuvoise Emma Daumas a écrit un roman quasi autobiographique, Supernova (1), sur la starisation éphémère de jeunes candidats des émissions de téléréalité. Un témoignage glaçant sur un système que la jeune femme dénonce aujourd'hui.

Comment tout cela a-t-il commencé ?

J'ai toujours voulu être chanteuse. Ado, j'ai fait des bals, des concours comme à Laudun... Et puis, il y a eu Graines de star à la télé en 2000. Et en 2002, à 19 ans, Star Academy, “LE” grand bouleversement.

Pourquoi avoir écrit sur cette période de votre vie ?

Pour dénoncer un mécanisme et transcender une expérience en un acte artistique. Boucler la boucle en quelque sorte. Ce roman, c'est une sorte d'analyse des fantasmes associés à ce monde de téléréalité, qui est en fait bien loin de la réalité ! C'est un univers très violent, un système qui me révolte. Mais je n'ai pas envie de cracher sur des gens. Je suis aussi responsable de ce qui s'est passé. On a tous envie de créer notre avatar, notre moi idéal, fantasmé.

Depuis, je me suis remise en question. J'ai pris conscience que j'étais alors embarquée dans un système pervers, la production musicale de masse, c'est comme le marché de l'agroalimentaire ! On est déshumanisé, on se vend. Ce livre, je l'avais en moi depuis longtemps.

Dans votre livre, la jeune héroïne passe rapidement du statut de star à l'oubli. C'est ainsi ?

À mon époque, ça a duré une dizaine d'années, pendant lesquelles j'ai pu sortir des albums chez une grande maison de disque. Puis, cela s'est essoufflé. Du jour au lendemain, il n'y a plus rien. Dans le livre, c'est plus rapide, mais c'est le cas aujourd'hui. Il y a quatorze ans, on avait entre trois et six mois pour imposer son album. Aujourd'hui, après trois semaines, l'album part à la poubelle.

Regrettez-vous d'avoir participé à la “Star Academy” ?

Non ! Cela a été une expérience, un énorme accélérateur pour comprendre des choses sur moi. C'est parfois intéressant de s'extraire de son milieu pour comprendre la vie. Comme une épreuve à passer.

Avez-vous été manipulée ?

J'étais jeune, manipulable, peu habituée à être hors de mon milieu très protégé. Dès qu'on entrait au château (où se déroulait l'émission de téléréalité, NDLR), on coupait les ponts avec nos proches, on pouvait donner un coup de téléphone d'une minute à peine par jour. Mais nos conversations étaient filmées, orientées... Elles étaient coupées dès que ça ne plaisait pas à la production.

En étiez-vous consciente ?

Avec les autres candidats, on s'est pris au jeu. C'était un mélange permanent de sentiments contraires, de la schizophrénie, une ambiguïté permanente... Une petite voix intérieure me mettait en garde. D'ailleurs, quand j'ai commencé à écrire le livre, j'en avais fait le personnage central au départ.

Pourquoi ne pas avoir suivi cette petite voix ?

Tout simplement parce qu'il se produit en nous un processus chimique qui s'appelle l'adrénaline : c'est une drogue puissante ! J'avais le droit de tout faire.

Comment vit-on le passage de la lumière à l'obscurité ?

Pour beaucoup, c'est l'enfer. Les gens, les médias se délectent du malheur des pop stars, comme Miley Cyrus, Britney Spears, Amy Whinehouse... Dans ce milieu, on est dépendant du regard des autres, quel qu'il soit. C'est “pourvu qu'on parle de moi !” On ne peut pas être serein dans sa vie personnelle. J'ai une profonde compassion pour quelqu'un comme Loana (gagnante de l'émission de téléréalité Loft Story en 2001, NDLR). Elle n'était pas armée pour affronter ça, elle n'a pas eu, comme moi, des bases solides dans son enfance.

Qu'avez-vous fait quand tout s'est arrêté ?

Je suis partie au Brésil, je me suis intéressée aux autres. On est tellement mal. J'ai rencontré des musiciens, on a enregistré un album. J'ai compris qu'on pouvait vivre le processus créatif d'une façon très différente de ce que proposent les grandes maisons de disques.

C'est-à-dire ?

Aujourd'hui, les disques ce sont des produits de grande consommation. Je ne suis pas un produit. J'ai eu la chance de rencontrer après toutes ces années un agent, un éditeur très humain. J'ai frappé à la porte de Maxime Leforestier, il m'a beaucoup conseillé. J'ai eu envie de redonner du sens et de la poésie à ma vie, d'être plus proche de mes émotions. La mort progressive de mon personnage sortie de la Star Academy a été très bénéfique pour me voir avec mes défauts.

L'intuition est aujourd'hui la source principale de mon travail. Je suis aujourd'hui plus près de ce que je suis vraiment. Dans notre société, tout est fait pour se détourner de soi-même, c'est une société désenchantée. Il faut revenir à davantage de simplicité.

# “Supernova” (éd. Scrineo), en librairie le 7 avril. Emma Daumas sera en dédicace à Avignon, jeudi 14 avril, de 15 h à 19 h, à la librairie Les Genêts d'or. Le 20 mai, elle sortira un mini-album de six titres, “Vivante”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michèle
Admin


Messages : 1563
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   Dim 3 Avr - 8:12

La Villeneuvoise Emma Daumas sort un roman autobiographique dans lequel elle dénonce un système où règne la manipulation.




Demi-finaliste de la Star Academy en 2002, la Villeneuvoise Emma Daumas a écrit un roman quasi autobiographique, Supernova (1), sur la starisation éphémère de jeunes candidats des émissions de téléréalité. Un témoignage glaçant sur un système que la jeune femme dénonce aujourd'hui.

Comment tout cela a-t-il commencé ?

J'ai toujours voulu être chanteuse. Ado, j'ai fait des bals, des concours comme à Laudun... Et puis, il y a eu Graines de star à la télé en 2000. Et en 2002, à 19 ans, Star Academy, “LE” grand bouleversement.

Pourquoi avoir écrit sur cette période de votre vie ?

Pour dénoncer un mécanisme et transcender une expérience en un acte artistique. Boucler la boucle en quelque sorte. Ce roman, c'est une sorte d'analyse des fantasmes associés à ce monde de téléréalité, qui est en fait bien loin de la réalité ! C'est un univers très violent, un système qui me révolte. Mais je n'ai pas envie de cracher sur des gens. Je suis aussi responsable de ce qui s'est passé. On a tous envie de créer notre avatar, notre moi idéal, fantasmé.

Depuis, je me suis remise en question. J'ai pris conscience que j'étais alors embarquée dans un système pervers, la production musicale de masse, c'est comme le marché de l'agroalimentaire ! On est déshumanisé, on se vend. Ce livre, je l'avais en moi depuis longtemps.

Dans votre livre, la jeune héroïne passe rapidement du statut de star à l'oubli. C'est ainsi ?

À mon époque, ça a duré une dizaine d'années, pendant lesquelles j'ai pu sortir des albums chez une grande maison de disque. Puis, cela s'est essoufflé. Du jour au lendemain, il n'y a plus rien. Dans le livre, c'est plus rapide, mais c'est le cas aujourd'hui. Il y a quatorze ans, on avait entre trois et six mois pour imposer son album. Aujourd'hui, après trois semaines, l'album part à la poubelle.

Regrettez-vous d'avoir participé à la “Star Academy” ?

Non ! Cela a été une expérience, un énorme accélérateur pour comprendre des choses sur moi. C'est parfois intéressant de s'extraire de son milieu pour comprendre la vie. Comme une épreuve à passer.

Avez-vous été manipulée ?

J'étais jeune, manipulable, peu habituée à être hors de mon milieu très protégé. Dès qu'on entrait au château (où se déroulait l'émission de téléréalité, NDLR), on coupait les ponts avec nos proches, on pouvait donner un coup de téléphone d'une minute à peine par jour. Mais nos conversations étaient filmées, orientées... Elles étaient coupées dès que ça ne plaisait pas à la production.

En étiez-vous consciente ?


Avec les autres candidats, on s'est pris au jeu. C'était un mélange permanent de sentiments contraires, de la schizophrénie, une ambiguïté permanente... Une petite voix intérieure me mettait en garde. D'ailleurs, quand j'ai commencé à écrire le livre, j'en avais fait le personnage central au départ.

Pourquoi ne pas avoir suivi cette petite voix ?


Tout simplement parce qu'il se produit en nous un processus chimique qui s'appelle l'adrénaline : c'est une drogue puissante ! J'avais le droit de tout faire.

Comment vit-on le passage de la lumière à l'obscurité ?

Pour beaucoup, c'est l'enfer. Les gens, les médias se délectent du malheur des pop stars, comme Miley Cyrus, Britney Spears, Amy Whinehouse... Dans ce milieu, on est dépendant du regard des autres, quel qu'il soit. C'est “pourvu qu'on parle de moi !” On ne peut pas être serein dans sa vie personnelle. J'ai une profonde compassion pour quelqu'un comme Loana (gagnante de l'émission de téléréalité Loft Story en 2001, NDLR). Elle n'était pas armée pour affronter ça, elle n'a pas eu, comme moi, des bases solides dans son enfance.

Qu'avez-vous fait quand tout s'est arrêté ?

Je suis partie au Brésil, je me suis intéressée aux autres. On est tellement mal. J'ai rencontré des musiciens, on a enregistré un album. J'ai compris qu'on pouvait vivre le processus créatif d'une façon très différente de ce que proposent les grandes maisons de disques.

C'est-à-dire ?

Aujourd'hui, les disques ce sont des produits de grande consommation. Je ne suis pas un produit. J'ai eu la chance de rencontrer après toutes ces années un agent, un éditeur très humain. J'ai frappé à la porte de Maxime Leforestier, il m'a beaucoup conseillé. J'ai eu envie de redonner du sens et de la poésie à ma vie, d'être plus proche de mes émotions. La mort progressive de mon personnage sortie de la Star Academy a été très bénéfique pour me voir avec mes défauts.

L'intuition est aujourd'hui la source principale de mon travail. Je suis aujourd'hui plus près de ce que je suis vraiment. Dans notre société, tout est fait pour se détourner de soi-même, c'est une société désenchantée. Il faut revenir à davantage de simplicité.

# “Supernova” (éd. Scrineo), en librairie le 7 avril. Emma Daumas sera en dédicace à Avignon, jeudi 14 avril, de 15 h à 19 h, à la librairie Les Genêts d'or. Le 20 mai, elle sortira un mini-album de six titres, “Vivante”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interviews Presse et vidéo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interviews Presse et vidéo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Vidéo] Rai TV Italy, TH Special - Interview
» [Presse] Lady Gaga et Bill Kaulitz, quel look est le plus rare ?
» [Vidéo] Emission "Toute une histoire"- Tokio Hotel (19.12.08)
» trucage vidéo
» [Vidéo] Accès Privé - M6 Tokio Hotel et les Afghanes on Tour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Emma Daumas L'Artiste - Le Forum :: Emma Daumas :: Presse & Rimmel-
Sauter vers: